La Street Fight’Ink

Ça a bougé dans les rues de Strasbourg la semaine dernière !

Quatre shops tattoo se sont associés pour créer l’événement du début d’année : on a nommé la Street Fight’Ink (on appréciera le jeu de mots). Erico et JB Maglia chez Graff-o-Derma, Cheyenne, Olivier Antoni et Uncle Ho chez Iron Claw et Jubs, Clem Kaiju, Pierre Reb, Sombres Jours et Lili chez Contraseptik se sont renvoyé la balle et ont créé main dans la main des collabs inédites.

Depuis le mois de novembre, on a vu fleurir sur les réseaux sociaux de chouettes collaborations entre des artistes qui, a priori, n’avaient rien à voir ensemble. Ici, on abolit les frontières, on mélange les styles, on allie pratiques du tatouage et de la scarification pour des créations uniques. Les motifs sont réservables à l’avance, c’est au premier ou à la première qui envoie un mail ! Une exposition s’est montée en parallèle, réunissant le travail des artistes – les collabs, mais aussi leurs propres designs. L’idée de ce type d’événement ? Faire connaitre les shops strasbourgeois ainsi que les tatoueurs qui y travaillent, mais aussi proposer quelque chose d’unique à travers le travail en duo.

On est allés faire un tour au vernissage de l’expo qui se tenait au Graffalgar : beau succès pour cet événement tout jeune, puisqu’on a compté environ 200 personnes sur la soirée. Le tattoo strasbourgeois a de l’avenir devant lui ! Le reste du week-end ? Place à l’encrage des collabs – dont la plupart a été réservée en amont : les artistes se retrouvent à deux dans un shop (pas forcément le leur, ça fait partie du jeu !) avec leur.e.s client.e.s pour une session tattoo et/ou scarification à 4 mains.

On attend évidemment des nouvelles du prochain round !